Millénials, une génération comme les autres ?

Afin de mieux comprendre cette génération différente en de nombreux points, nous interviewons aujourd’hui Lyamine Guerras, collaborateur en poste chez Les Nouveaux Héritiers et millénial avéré !

En tant qu’individu de la génération des millénials, qu’attendez-vous d’un environnement professionnel pour vous épanouir pleinement ?

« Cela ne fait plus aucun doute que la génération qui intègre petit à petit les entreprises ont de nouvelles aspirations pour s’épanouir professionnellement.

La spécificité des millénials au delà des simples prétentions salariales repose sur  une véritable quête de sens. En tant qu’individus de cette génération, nous seront particulièrement attentifs à ce que le travail va nous apporter de manière strictement personnelle et « égoïste », mais aussi à l’impact qu’il aura sur la société dans laquelle nous évoluons.

Notre recherche de proximité avec les équipes et managers est par ailleurs un élément important à souligner. D’ailleurs, pour beaucoup d’entreprises, la stratégie d’attractivité doit être retravaillée en profondeur pour s’adapter aux attentes de cette génération atypique et attirer les talents. 

Les informations ascendantes et la hiérarchie verticale ne sont plus efficaces à l’arrivée de cette nouvelle génération. Néanmoins loin de vouloir mettre fin à toute forme de hiérarchie, nous cassons les codes et rompons définitivement avec le management paternaliste en prônant les mérites du travail collaboratif.

Nous n’envisageons plus de travailler avec un simple donneur d’ordre, mais voulons adhérer à une vision et suivre un leader inspirant en lequel nous pourront croire et avoir confiance !

« Partager les mêmes valeurs », « construire ensemble vers un but commun »…

… Voilà ce qu’attendent désormais les jeunes talents dans leur rapport à l’entreprise et au management ! Cette façon d’aborder l’environnement professionnel nous semble à la fois plus saine mais également plus productive.

Nous envisageons le monde professionnel en mode projet. Dans ce contexte, la liberté d’agir et de s’exprimer sont pleinement valorisées. Le manager accompagne et donne l’exemple mais la construction est bien l’affaire de tous.

Moins carriéristes que les générations précédentes, nous sommes avant tout à la recherche de missions à forte valeur ajouté. Nous recherchons activement la co-création au sein d’équipes bienveillantes dans lesquelles nous pourrons nous épanouir en toute confiance. »

Pour un millénial, quel facteur peut être rédhibitoire à l’intégration d’une entreprise ?

« Sans aucun doute les managers paternalistes qui fonctionnent à la punition sans jamais intégrer à leur mode de fonctionnement la notion d’accompagnement.

Nous n’envisageons pas de travailler sur le long terme avec des managers qui ne laissent pas leur chance aux individus qui nécessitent un temps d’adaptation plus long, ou ont besoin d’un soutien spécifique. Nous attendons vraiment de nos managers qu’ils soient humainement engagés et qu’ils sachent nous tirer vers le haut.

Sans en faire pour autant une généralité absolue, les individus de notre génération ne peuvent envisager de travailler seuls dans un bureau, enfermés sur une tâche unique et répétitive. Soyons clairs, il y’a des robots aujourd’hui pour remplir ce type de missions !

Dans ce cadre, l’espace de travail a également un rôle important à jouer. Si la simple idée de venir travailler dans des bureaux obsolètes, inadaptés et/ou non aménagés nous fait froid dans le dos, cela cache souvent un problème plus global et peut suffire à nous rebuter. L’attention portée au cadre de travail révèle aussi l’implication des dirigeants dans l’épanouissement et le bien-être de leurs collaborateurs…

Par ailleurs, bien que le salaire reste un argument important (dans la mesure où la société dans laquelle nous évoluons nous l’impose), il n’est plus un facteur déterminant de notre décision à rejoindre une entreprise.

Pour finir, l’attachement d’un dirigeant d’entreprise à des valeurs sociales, éthiques et environnementales influence aujourd’hui en immense partie notre décision de nous engager à ses côtés. »